Chroniques /  RétroFusées /  Movie map /  Ovnis /  Dossiers /  Blu-rays 
 
Précédent Suivant

Expendables 3

Si comme nous tu t’es régalé avec le totalement décomplexées du slip « Expendables 2 » et son festival de références jubilatoires, normalement tu attends leur retour comme un légionnaire en manque de sa chèvre. Qui ça ? Les "sacrifiables" pardi (comme on dit au Québéc). Et bien, ça y est ! Ils re-reviennent enfin. Et c’est pas pour faire du tricot !

expendables 3 afficheSynopsis : Les Expendables sont chargés par la CIA d’arrêter un marchand d’armes, Conrad Stonebanks, co-fondateur des Expendables avec Barney Ross devenu criminel de guerre. Alors que Barney pensait l’avoir tué, il va devoir apporter du sang neuf à son unité spéciale pour contrer Stonebanks.

Bon, on ne va pas vous mentir, après un début à 200 à l’heure calqué sur l’ouverture du 2, à base de  « on va délivrer un expendable prisonnier »,  on a été surpris de voir Stallone  s’arrêter net et enchainer avec un style hyper sérieux, voir même dramatique. Placé sous des hospices (hospices de vieux, ahah) plus nostalgiques, on retrouve la même approche du thème du passage du temps que dans Rocky Balboa que Sly avait aussi écrit.  Heureusement, Rambo sait ce qu’il fait et l’évocation de la vieillesse se fera surtout par le choc des générations. Et ça c’est drôle !  Du coup : Vannes, punchlines à gogo, on s’amuse autant qu’on est sérieux.  Le dosage entre enjeux graves, construction intéressante des personnages, et comédie d’action est juste impeccable en fait.

expendables 3 caesar
Quand on appuie dessus, il fait pouêt.

Et niveau filmage ça donne quoi ? Si Simon West (Les ailes de l’enfer) avait filmé le 2 à coup de TNT, Patrick Hugues sait, lui, faire autre chose que foutre les pieds dans la gueule. Repéré pour son western bien burné Red Hill , il  s’éclate à faire le film de bonhomme qu’on lui a commandé, tout en relâchant habilement  le tempo pour aborder les phases dramatiques ou de pur thriller. Du coup on passe de moments intimes à trois tanks qui font jubilatoirement tout péter, et ça ne choque pas.
 Alors, bon, même si ça patine un peu des fois niveau rythme, on ne va pas mégoter avec nos gros cigares de fans d’action : c’est du très bon boulot.
expendable 3 banderas
Instant émotion. Antonio avoue qu’il n’aime pas son bonnet. Il voulait un béret aussi.

Comme pour les deux autres films, l’atout majeur (qui a donc plus de 18 ans) d’Expendables 3  c’est  sa Dream team d’acteurs. Rien à faire,  avoir dans le même film Rocky, Ivan Drago, Conan, Simon Phoenix, Desperado, Martin Riggs, et Jack Ryan, putain, qu’’est ce que c’est bon ! Evidemment une telle brochette ne permet pas de s’attarder beaucoup sur chacun des personnages. Statham ou Lungren en font les frais, et on passe aussi vite fait sur les jeunes recrues (mais eux, on s’en fout clairement). Un choix délibéré qui permet de nous offrir un Banderas /Snipes show complétement génial. Snipes reprend ses tics et son humour de « Demolition man », Banderas mixe son « Desperado » latin lover avec son implacabilité d’ « Assassins » (déjà avec Stallone), et nous, on redevient des ados bourrins qui applaudissent à chaque vannes.  N’oublions pas Mel Gibson en psychopathe super flippant et un Harrison Ford digne d’Han Solo qui laisse présager beaucoup de fun dans Star wars VII.

expendables 3 snipes
Blade se rase à la lame… Génie absolu

Nous, comme des gros benêts, on était venu voir « Expendables 3 » pensant retrouver la marrade bourrée de fan service du second film. On a eu à la place un Stallone qui a écrit un film aussi sérieux que barré, et aussi sincère que second degré. Jubilatoire et bien foutu, voilà le film le plus abouti de la trilogie, à cheval entre comédie et badasserie totale, qui frise la quintessence du film d’action.

Pr Wicked

 

Précédent Suivant
Share



Un film de Patrick Hugues
Avec Sylvester Stallone, Jason Statham, Arnold Schwarzenegger

Tag : action, expendables, stallone


DANS LA MEME GALAXIE

Du plomb dans la tête
Evasion
Predator
Match retour
Les sept samourais

Commentaires

Laisser un commentaire
Contrôle : 1+3= (Réponse : 4)
Pseudo
Commentaire