Chroniques /  RétroFusées /  Movie map /  Ovnis /  Dossiers /  Blu-rays 
 
Suivant

Hercule

Nous le cinéma qui nous fait vibrer c’est celui de l’imaginaire. Du coup, l’heroïc fantasy évidemment on adore ça. Ce qu’on aime beaucoup aussi c’est les films qui ne se prennent pas au sérieux et assument ceux qu’ils sont. Ce Hercule avec Dwayne Johnson promettant du "The rock contre les monstres", on l’attendait donc au tournant, avec son gros potentiel de plaisir coupable du samedi soir.

hercule posterSynopsis :
Hercule, à la tête d’un groupe de mercenaires depuis le meurtre de sa famille, est engagé pour mettre un terme à la sanglante guerre civile qui sévit au royaume de Thrace et replacer le roi légitime sur le trône.

Alors que nous étions donc là, pot de pop corn garni

et neurones de fans de grosse baston en éveil, on a déchanté au bout de cinq minutes. Littéralement les cinq premières minutes qui contiennent, sous forme de flashbacks les bribes de combats d’Hercule contre les dites créatures mythologiques. Après ça, exit les monstres, bonjour 60 minutes de training de pécnos par Hercule et ses potes. Tu vois les sept mercenaires ? Ben voilà. Ce n’est pas mal foutu, ni filmé avec les pieds , et c’est parfois même drôle. Mais bordel on attendait des combats titanesques numériques nous ! Tu parles d’un gâchis de muscles ! Avoir The Rock et le faire jouer un prof de close combat…
hercule critique
Bon, les mecs, desolé y'a plus de monstres. Il nous reste des nazes à entrainer par contre...

Oui, on dit The Rock et pas Dwayne Johnson, parce que clairement on s’attendait à le voir débouler comme sur le ring de la WWE à soulever les mecs par les pieds et faire son bourrin. Un Hercule 100% muscles et badass. Malheureusement il nous fait une « Nolanite » aigüe. Vous savez ce syndrome actuel qui veut qu’un héros balèze soit en fait un dépressif qui fait des crises d’angoisse. Après Batman et Iron man, voilà donc le tour d’Hercule en pleine crise existentielle. Ce choix de complexifier un personnage/acteur pourtant taillé pour la baston décomplexée et l’humour assumé donne plus envie de lui botter le cul pour qu’il se bouge, plutôt que de faire naitre l’émotion.
Hercule critique
Parfois je regarde au loin avec un air grave. Car je suis tourmenté.

Vous avez remarqué, pour l’instant, on ne vous a parlé que des 65 premières minutes. Parce qu’après, une fois que les pégus savent se battre, et que Hercule sort de chez son psy, on arrive enfin au film qu’on voulait voir. Vas y que j’te choppe un cheval pour l’envoyer en l’air, et que je fonce seul contre 3000 mecs, bonjour les batailles qui en jettent, là on kiffe vraiment. C’est un peu con, il ne reste que 30 minutes… Mais bon au moins ça finit par arriver, et on sort avec un léger sourire.
critique hercule
Vas-y Herc' ! Craque ton slip ! Allume le feu !

Alors qu'on attendait « The Rock show » avec des bonds de 10 mètres pour décapiter des monstres , on s’est donc emmerdés sévère pendant les deux tiers du film. Reste une fin sympa qui rattrape un peu l’affaire. Dommage d’avoir voulu jouer aux cérébraux là où du bourrin aurait suffit . Mais bon venant de Brett Ratner l’homme capable du "meilleur" (Rush Hour) comme du pire (X-men 3), un film inégal était à prévoir.

Pr Wicked

Suivant
Share



Un film de Brett Ratner
Avec Dwayne Johnson, John Hurt, Ian McShane

Tag : hercule, brett ratner, dwayne johnson


DANS LA MEME GALAXIE

Looper

Commentaires

Laisser un commentaire
Contrôle : 1+3= (Réponse : 4)
Pseudo
Commentaire