Chroniques /  RétroFusées /  Movie map /  Ovnis /  Dossiers /  Blu-rays 
 
Précédent Suivant

L'histoire sans fin

Tous les petits garçons des années 80 se sont pris pour Bastien au moins une fois.
Ce gamin à la bouille adorable avec une coupe au bol tellement 80’s, qui lisait un livre interdit dans un grenier interdit ! En 1984 ce film germano-américain vint gonfler les rangs du genre Fantasy  (Legend, Willow) alors en plein essor, au ravissement de toute une génération.

histoire sans fin critiqueSynopsis :
Bastien, dix ans, est un passionné de romans d'aventures. Un jour, il dérobe un ouvrage merveilleux peuplé d'extraordinaires créatures. Il s'enfonce fébrilement dans l'univers fantastique de ce livre qui le fascine. Mais ce livre est dangereux…

Réalisé par Wolfgang Petersen (Air force one, En pleine tempête), et tiré du roman du même nom de Michael Ende, L’histoire sans fin est un film typique des années 80. Une aventure ayant pour héros un enfant issu d’une famille brisée (qui a dit Spielberg ?), une bande son au synthétiseur, un univers fantasmagorique merveilleux et un message humaniste. A mesure que l’intrigue avance, de marais boueux en voyage à dos de dragon, le héros du livre, Atreyu, semble établir un lien invisible avec Bastien qui lit son aventure, tout comme nous nous identifions à Bastien. Cette véritable mise en abîme de narration est la principale réussite de ce film magique. Atreyu c’est Bastien, et Bastien c’est nous, et tous ensembles on va sauver Fantasia du Néant !
histoire sans fin critique
Oui il s'emballe un peu des fois...

La mise en scène maline sert justement ce propos en permanence, alternant les scènes où Bastien lit le livre et l’action du livre elle-même, déchainant les éléments sur terre quand les choses vont mal dans le livre, coupant le héros de tout contact avec le monde extérieur pour renforcer l’immersion dans le récit. Petersen parvient ainsi à faire de « L’histoire sans fin » un film « dont vous êtes le héros » où le spectateur vit le film, comme Bastien vit le livre. Le mangeur de pierre, le Troll à chauve-souris, le chevaucheur d’escargot ou encore Falkor le dragon, deviennent nos amis et les enjeux s’en retrouvent évidemment accrus. La menace de Gmorck, le loup chargé de tué Atreyu, pèse sur le spectateur comme elle angoisse Bastien.
histoire sans fin critique
Un jeune Oompa Loompa se cache à Fantasia. Sauras tu le retrouver ?

L’autre force du film, c’est de ne pas prendre les bambins pour des abrutis. Il y a de la violence, des morts, du sang et dans nos souvenirs, en tant qu’enfant, c’était ça qui nous avait excité: l’aventure, la vraie ! En tant que cinéphiles adultes, il est frappant de voir qu'on parlait alors sans détour de deuil aux gosses à travers le funeste sort du cheval D’Atreyu dans les marécages de la Mélancolie. Ca en aura fait pleurer plus d’un devant sa télé (non pas nous, c’est juste une poussière dans l’œil !).
artax histoire sans fin critique
Traumatiser une génération, c'est dégeulasse Wolfgang ! DEGEULASSE !

« L’histoire sans fin » est un bijou souvent sous-estimé. Un film sur le pouvoir des rêves, de l’imaginaire, qui abat la frontière entre écran et spectateur. C’est aussi, comme pas mal de films de cette époque, un film à transmettre aux enfants d’aujourd’hui, pour que le rêve continue et pour voir leurs yeux s’écarquiller devant la fantastique aventure d’Atreyu et Bastien, qui deviendra alors la leur… Allez hop, on saute sur Falkor et on y retourne !

Pr Wicked

 

Précédent Suivant
Share


L'HISTOIRE SANS FIN - BANDE-ANNONCE par baryla

Un film de Wolfgang Petersen
Avec Barret Oliver, Noah Hathaway

Tag : histoire sans fin, fantastique, années 80


DANS LA MEME GALAXIE

Summer of the 80s
Des hommes sans loi
Top 10 Robert Zemeckis
Upside down
Les cinq légendes

Commentaires

Laisser un commentaire
Contrôle : 1+3= (Réponse : 4)
Pseudo
Commentaire