Vinyl , le loup du rock n’roll

slide

Dans cet age d’or béni de la télévision que nous vivons actuellement où les séries dépassent bien souvent en audace un cinéma de plus en plus lisse, il était normal qu’un cinéaste nerveux comme Scorsese , aka le papy le plus rock’n roll du cinéma, soit comme un poisson dans l’eau.

Avec Boardwalk Empire nous a entre 2010 et 2014 offert une relecture magistrale de son Casino , transposé à Atlantic city dans les années 20. Nucky comme Rosenthal sont dépassés par leur sous fifres, leurs femmes, la drogue, l’alcool, et pourtant parviennent à régner en maitre sur un empire violent. Bref Atlantic city c’était Vegas, et Marty nous a montré ce qu’il avait dans le ventre avec brio, notamment en offrant une fin superbe et sans concession à cette épopée flamboyante.

boardwalk empire

Nucky fuckin’ Thompson.

Oui, Boardwxalk empire c’est fini… Mais le roi est mort, vive le roi ! Show must go on ! Et Marty revient avec Terence Winter (son scénariste de Boardwalk Empire), appuyé par Mick jagger (OH PUTAIN !) pour offrir cette fois une variante non plus de « Casino » mais du « Loup de Wall street », transposé dans le milieu de la musique des 70’s. Excès, drogue, rock n’ roll et la  réussite à tous prix. On en a des frissons à l’avance. Aucun doute que Vinyl sera la grosse baffe 2016 made in HBO. Jugez plutôt.

Merci qui ? Merci Marty !!

Share this post Leave a comment

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *