Cinema monster club – Le test blu ray monstrueux

slide

Qui a dit que les cross over et les suites était un phénomène récent ? Pas nous en tout cas ! Parce qu’on le sait bien que les studios aiment depuis toujours surfer sur un truc qui marche pour faire du blé. Ainsi donc prépare-toi ! Tu te pensais érudit en connaissant Dracula, Frankenstein et le loup garou des années 30 ? Et bien figure toi que ce n’était que le début ! Et la suite débarque enfin en HD /DVD . Test monstre de la collection Cinéma Monster Club.

 

 

 


cinéma monster club test blu ray


Le Fils de Frankenstein
(1939) Note film – 5/6
Le Fils de Frankenstein, fut réalisé suite au carton géant de la ressortie cinéma conjointe en 1938 de Frankenstein et Dracula (1931). Universal bat le fer tant qu’il est chaud et rappelle Boris Karloff et Bela Lugosi pour rempiler. En bonus MR Basil Rathbone, s’il vous plait, plus connu pour son immortalisation de Sherlock Holmes dans plus de 15 films. Bref du très beau monde. Même si l’on n’est pas au niveau des films de James Whale, cette suite donnera dans l’expressionisme Allemand (Nosferatu, Le cabinet du Dr Calligari). Château biscornu, ombres démesurées, ce film est esthétiquement parfait. Bela Lugosi, incarne le larbin Ygor, avec une grande conviction et moins de surjeu que son Dracula. Le Fils de Frankenstein est une vraie réussite pleine d’inventivité visuelle qui mérite l’attention de n’importe quel fan de Monstres Universal.
Le Fils de Frankenstein test blu ray

Le Spectre de Frankenstein (1942) Note film 3/6

Quatrième film du colosse recousu, Le Spectre de Frankenstein est le point charnière où la franchise bascula dans la série B. Série B certes mais de luxe. Peu d’originalité puisque le point de départ est celui di film d’avant à savoir on a trouvé un SECOND fils à Frankenstein (qu’est-ce que ça se reproduit vite les monstres !). Visuellement on déchante un peu aussi, vu que le budget est revu à la baisse par Universal. Karloff incarnant la créature depuis le début a du sentir le vent tourner et a décliné l’offre et n’incarnera plus jamais ce rôle dorénavant. Lon Chaney Jr (qui incarnait le loup garou) enfilera donc le masque à sa place de manière peu convaincante. Ici c’est Bela Lugosi qu’on a vraiment aimé. Loin de son Dracula trop caricatural il continue à jouer en Ygor le larbin flippant. Le film n’est pas inoubliable mais pour les fans c’est à voir.
le_spectre_de_frankenstein_test dvd

Frankenstein rencontre le Loup-Garou (1943) – Note film 4/6

Série B donc, on vous l’a dit. Universal en a conscience et se lâche en proposant un cross over. Imaginez donc : le monstre de Frankenstein Vs Loup-Garou. FIGHT ! Quand on s’y connait niveau acteurs Universal c’est assez drôle. Lon Chaney Jr revient en loup garou (alors qu’il faisait la créature de dépannage dans Le spectre de Frankenstein), et Bela Lugosi, d’abord Dracula, puis Ygor, est maintenant Ygor le Dr Frankenstein. Une vraie entreprise familiale quoi. Pour la mise en scène c’est moins carton-pâte que dans le film précédent, et entre cimetière flippant et ombres menaçantes, on retrouve une ambiance old school comme on aime. L’autre originalité c’est que malgré son titre, la star du film c’est le Loup garou, qui avouons-le est plus intéressant à exploiter (dans la veine homme maudit) qu’un monstre qui fait « Beuaargh ». Série B certes, mais tout à fait honorable.
frankenstein_rencontre_le_loup_garou test blu ray

La Maison de Frankenstein (1944) réalisé par Erle C. Kenton – Note film 4/6

Toujours plus loin toujours plus fort ! Après deux monstres dans Frankenstein rencontre le Loup-Garou, en voilà cinq ! Le Loup-Garou, la créature de Frankenstein, un savant maboule, Dracula et le Bossu ! Une orgie pour les fans ! Nouveauté, Dracula sera joué par John Carradine (mais on le voit 3 minutes donc difficile de se faire une idée sur son jeu). Pour la créature c’est Glenn Strange qui s’y colle, mais n’est pas bien plus participatif. Disons que le titre est là pour attirer le spectateur quoi, parce que le monstre de Frankenstein fait plus un caméo qu’un rôle. Mais passons. Un cross-over aussi poussé c’est quand même un sacré pied pour n’importe quel cinéphile. Bon niveau budget par contre plus ça va moins y’en a et ça se voit forcément mais au final c’est assez drôle si on prend ça au second degré. En bref, on se marre bien et on n’est pas du genre à bouder notre plaisir.
La Maison de Frankenstein test DVD

Deux nigauds contre Frankenstein (1948)– Note film : 3/6
Glenn Strange se remet dans la peau de la créature de Frankenstein et encore une fois c’est Darcula qui est le personnage principal. La nouveauté c’est qu’ arrivant à bout d’idées, Universal se risque à la comédie d’horreur. Quitte à ce que leurs suites fassent rire (comme dans La maison de Frankenstein) autant engager des comiques pour ça. Ce sera donc Abbot et Costello (genre de Laurel et Hardy pas connus chez nous) qui se retrouveront aux prises avec les deux monstres. Bela Lugosi est fatigué et se planque derrière sa cape, le Loup-Garou (toujours Lon Chaney Jr.) n’a plus rien de dramatique (par contre son maquillage si) et en dehors de quelques gags marrants, il ne se passe vraiment pas grand-chose dans le film. Vraiment pas indispensable celui-là.
Deux nigauds contre Frankenstein test blu ray

Test image- Note : 4/6
Ceci est une note globale, et côté déception on retiendra surtout les nombreuses imperfections sur Le Fils de Frankenstein (le meilleur film de la série ici proposée, c’est dommage) et sur Frankenstein rencontre le Loup-Garou . Les autres films globalement satisfaisant tant sur le détail de l’image que sur le piqué.

Test son – Note : 4/6

Du DTS Master Audio HD Dual Mono pour les blu ray, et du Dolby Digital Dual Mono pour les DVD. C’est du basique mais pour des films de 1940, « hey what did you expect » ?
Pas grand-chose à dire du son, qui est tout à fait correct sans être dingue. Par contre pas de VF sur Deux nigauds contre Frankenstein

Test Bonus – Note : 4/6
Pas grand-chose à se mettre sous la dent, mais on est content de trouver des galeries de photos d’époques tout de même. Pour aller plus loin, on appréciera les introductions du désormais habituel Jean-Pierre Dionnet dans les éditions Éléphant films, ainsi que sur chaque édition une vidéo intitulée « Le mythe de Frankenstein » également par Dionnet. Instructif, tout comme les livrets signé Damien Aubel de la revue Transfuge. Par contre les gars, arrêtez de le filmer en HD plein cadre le Dionnet, parce que sans méchanceté aucune, il commence à plus être très frais et il fait plus peur que les films, le gars…
A noter que Le Spectre de Frankenstein et La Maison de Frankenstein ne sont disponibles qu’en DVD.


Note globale 4/6
On ne peut que saluer la démarche de rendre disponible en HD tout en pan de l’histoire du cinéma d’horreur trop méconnu.
Si tous les films ne sont pas de qualité égale, et que certainens copies sont discutables, se replonger dans cette époque avec les explications fournies dans les bonus est simplement un grand bonheur de cinéphile.

Cinema monster club – Le test blu ray monstrueux
  • 4.00 / 6 6
1 vote, 4.00 avg. rating (74% score)

Share this post Leave a comment

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *