Dangereuse sous tous rapports- test blu ray

slide

Si on vous dit Jonathan Demme, normalement vous répondez d’abord « Le silence des agneaux » et ensuite « Philadelphia ». A savoir deux films iconiques des années 90, véritables instantanés extrêmement justes d’une époque. Avec Clarisse Starling et Andrew Beckett il explorait la part de virilité et de féminité de ses personnages. Un exercice déjà présent dans « Dangereuse sous tous rapports », lui aussi photographie très juste de son époque.


Synopsis :
Charles, un yuppie New Yorkais bien sous tous rapports, à l’existence tranquille, voit sa vie bouleversée par l’arrivée dans sa voiture de la sexy Audrey Hankel. Tous deux s’offrent le temps d’un week-end une fugue pleine de péripéties. Cette escapade prendra toutefois une tournure dangereuse avec la rencontre de Ray Sinclair, l’ancien mari tôlard d’Audrey.

Note film – 5/6
Demme a l’art de mêler les genres
. Son Silence des agneaux était à la fois un film policier, un film de psychanalyse et un thriller psychologique. Ici on commence comme une comédie, puis on glisse vers le road movie pour terminer dans le thriller pur et dur. Les films inclassables, on adore ça. Parce qu’ils ressemblent à la vie. Jeff Daniels, parfait en boursicoteur de Manhattan content de sa promotion se laisse embarquer avec joie par cette tarée de Mélanie Griffith. Evidemment les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être. Demme donne avec ce film sa version acide de la vérité derrière les belles apparences des années yuppies. Les filles paumées qui ont faits les mauvais choix, les bourgeois coincés dans leur routine. Et vouloir briser ces chaines sociales a un coût. Drôle, et percutant, autant que tragique et profondément social. Demme est un bon !
Dangereuse sous tous rapports test blu ray
Note image – 5/6
Magnifiquement photographié par le chef opérateur Tak Fujimoto, le film retrouve en HD toute sa palette colorimétrique extrêment riche. Pour nous qui avons vécus les 80’s, replonger dedans avec ses milliards de couleurs criardes dans une image si nette est juste un énorme bonheur. On chipotera sur les sombre qui perdent un peu en détails pendant les scénes de nuit mais honnêtement on a rarement eu autant l’impression qu’un film vieux de 30 ans était sorti hier.

Dangereuse sous tous rapports test blu ray

ah… toute une époque…


Note son – 4/6 :

Anglais et Français sont au menu chacun doté d’un DTS-HD Master Audio 2.0. probléme (comme d’hab, nous direz vous) la VF à été mise en mono et la V.O. en stéréo. Certes répondront nous comme d’hab aussi, mais quel cinéphile regarde encore ses films en VF ? A part les retours vers le futurs, Les Goonies, et les Indy. Enfin là on s’égare. Bref ! Regradez le en V.O le son est nickel.

Note Bonus – 4/6 :
Pas facile de trouver un bonus approprié mais Wild side a eu la bonne idée d’aller interviewer le chef opérateur Pierre-William Glenn, pointure du métier en France, qui se livre non seulement à une étude de l’image mais dévie sur une analyse de film tout court tout a fait passionnante. Mater ce petit supplément juste après le film vous donne des clés pour mieux le comprendre et appréhender le brio de la réalisation de Demme.
Pierre-William Glenn
Note globale – 5/6 :
La sortie HD de ce film présenté à Cannes 86 et premier gros succès de Jonathan Demme, est une occasion rêvée pour le (re)découvrir .
Un film complexe qui ne s’usera pas au revisionnage tant il est riche de thème et dans sa mise en forme. Daniels et Griffiths sont très bons, et on ne vous cause même pas de Ray Liotta, carrément flippant. Comme on vous le disait : un instantané d’une époque. Et en HD.

 

Dangereuse sous tous rapports- test blu ray
  • 5.00 / 6 6
1 vote, 5.00 avg. rating (83% score)

Share this post Leave a comment

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *