Daredevil- La série

slide

Trop de super héros tue-t-il le super héros ? Oui et non. Oui, parce que l’inévitable « ENCORE ? » est la première chose qui nous sort de la bouche. Et non, parce que ça n’empêche pas, lorsque c’est bien fait, qu’une bonne fiction reste une bonne fiction. Faisons donc abstraction du battage assourdissant autour de DAREDEVIL LA NOUVELLE SERIE DE NETFLIX !!!! Et parlons de cette série pour ce qu’elle est : La tentative de Marvel de sauver un super héros ridiculisé dans leur tout premier film.

Même s’il est éminemment drôle (involontairement) il n’empêche il y avait du dégât. Le moins qu’on puisse dire c’est que Netflix a mis en œuvre des moyens équivalents au désastre du film : Enormes. Le premier qui dit « comme mon zob », il dégage ! Et non seulement ils y ont mis un budget de cinéma, mais ils ont en plus conçut la série comme un long film. Un reboot de 13 heures, qui en plus se paie le luxe de redéfinir ce que devra être une série de super héros. Et ça, quand on retourne regarder nos Arrow, Agents of Shield, ou Agent Carter ça pique ! C’est certes sympa, mais soumises à l’immuable loi des trois intrigues simultanées dans chaque épisodes (La trame des gentils/ la trame des méchants/ une amourette) ; l’impression d’un récit décousu saute aux yeux . Adopter le format minisérie pour Daredevil affranchit réalisateur et scénaristes de cette structure télévisuelle et leur permet de raconter une seule grosse histoire.

Et en plus la nuit il va à la bibliothèque François Mitterrand !

Et en plus la nuit il va à la bibliothèque François Mitterrand !

Et ça, ça veut dire qu’on peut construire des personnages extrêmement intéressants. De Matt Murdock lui-même, jusqu’à son mentor, en passant par son meilleur pote, ou sa secrétaire, sans oublier le méchant, c’est une galerie géniale de personnages qui nous est offerte. Le méchant en question c’est Wilson Fisk, joué par Vincent D’Onofrio. Un méchant qui, n’ayons pas peur des mots, est ce qu’on a vu de mieux en matière de méchant de série depuis le Moriarty de Sherlock. Fin, subtil, sensible mais tout autant psychopathique et hyper violent, on a écrit à l’acteur un personnage fascinant qu’il habite avec délicatesse et fermeté. Un régal total pour un grand personnage tragique et glaçant. Fisk incarne en fait l’ambiance de la série : sombre, tourmentée, violente mais raffinée.

"C'est beau c'que tu dis, canapé !"

« C’est beau c’que tu dis, canapé ! »

La réalisation elle-même est étourdissante. Déjà grâce à la photographie souvent en clairs obscurs, quasi noir et blanc, juste magnifique Mais en plus on nous balance dès le second épisode un plan séquence oppressant où notre héros montre ce dont il est capable, dans une scène sombre rugueuse et profondément jouissive. Ceci n’étant qu’un exemple parmi tant d’autre on ne peut que succomber à la qualité de la production de la série qui encore une fois fait bien plus penser à une œuvre de cinéma que télévisuelle. On retrouvera d’ailleurs aussi la tendance actuelle à traiter les héros de manière réaliste, « à la Nolan »., façon Daredevil begins. Tout comme Le dark knight, Matt Murdock qui partage beaucoup de point commun avec Bruce Wayne, est un héros tourmenté qui se prend pas mal de raclés mais devient un héros martyr à force d’obstination.

Si tu ne te brosses pas les dents, voilà ce qui t'arrivera chenapan !

Si tu ne te brosses pas les dents, voilà ce qui t’arrivera chenapan !

Vous l’aurez donc compris, on a été complétement conquis par la première incursion de Marvel dans l’univers des mini-séries. Avec une écriture, des personnages et une réalisation digne du grand écran, la série parvient même l’impensable : Mettre une raclée à Avengers 2 beaucoup moins intéressant. Une preuve supplémentaire s’il en est que c’est dorénavant à la télé qu’on trouve la création, la vraie ! Et puis Vincent D’Onofrio les gars !! VINCENT FUCKIN D’ONOFRIO !

Daredevil- La série
  • 6.00 / 6 6
1 vote, 6.00 avg. rating (91% score)

Share this post Leave a comment

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *