Iron sky

slide

Ah ça faisait un moment qu’on navet pas fait un petit tour du côté des nanars (navet, nanar, hilarant, en effet) ! Prenez donc garde car  si vous pensiez les Boschs vaincus en 45 en Normandie, voilà que débarquent sur terre leur cousins : les Nazis de l’espace ! Mais méfiance. Iron Sky n’est pas un vrai nanar.

Synopsis : 2018. L’Amérique s’apprête à voter, et l’actuelle présidente des États Unis, remue ciel et terre pour se faire ré- élire. Pour cela elle décide d’envoyer un noir sur la lune comme symbole de sa campagne. Mais l’espace est bien mystérieux, et ce que vont découvrir les astronautes va changer le monde : Les nazis sont basés sur la lune depuis 1945 et préparent une invasion pour instaurer le IVéme reich !

Vu le pitch de départ, on s’attendait à un gros nanar en puissance comme on les aime. Mais en fait, non ! Iron Sky est bien plus qu’une quelconque série B bâclée, avec des effets cheap et des acteurs tout bidons. C’est même l’inverse. On s’applique ici à traiter avec soin et conviction un postulat ahurissant, ce qui a pour résultat imparable d’être extrêmement jouissif. Effets spéciaux dignes d’une superproduction Hollywoodienne, ambition narrative de film de guerre classique, plans d’ensemble, gros plans sur des pieds qui sortent d’une voiture, plongée sur la population, Iron sky est mis en scène avec le même soin et la même démesure qu’Independance day, le côté barré en plus.

SPACE METAL ZEPPELIN !!!

SPACE METAL ZEPPELIN !!!

Fort de cette solide base, le film peut alors se permettre des loufoqueries inouïes, comme le noir transformé en Aryen par un sérum Nazi, sans que cela soit pathétique mais au contraire très drôle. Du clone de Sarah Palin, arrogante et démago à souhait, jusqu’au savant fou nazi hilarant, en passant par le spationaute noir pas plus déconcerté que ça de se retrouver face à des nazis sur la lune, Iron Sky se démarque du pur nanar donc aussi grâce à sa galerie de personnages convaincants.

Le noir devenu bon haryen... Bon à... ok pas grave...

Le noir devenu bon haryen… Bon à… ok pas grave…

Outre l’ambition décrite, et les moyens mis en œuvre, c’est aussi le propos profondément anti américain et satirique qui distingue le film d’un quelconque délire débile. Cousin éloigné de Starship troopers , pour son parallèle entre empire américain actuel et 3éme reich, aussi irrévérencieux que Mars Attacks dans sa ridiculisation de l’armée et du gouvernement, Iron Sky (coproduction australienne et allemande) n’a pas froid aux yeux. La présidente en place n’est jamais désignée par son nom, mais sa ressemblance avec Sarah Palin est plus qu’intentionnelle et flagrante. Quant à la tendance qu’ont les U.S à se foutre de l’avis du reste du monde, elle en prend aussi des sévères dans les dents.

 Campagne présidentielle NAz..Euh, américaine... Wow...


Campagne présidentielle NAz..Euh, américaine… Wow…

Iron Sky avec son pitch de nazi en orbite partait donc de très loin. Mais une réalisation nickel, des acteurs convaincants et un propos jouissivement satirique sur l’Amérique, font de cet ovni une série B hilarante et ambitieuse. De quoi passer un excellent moment bien délirant, ce qui ne se refuse pas !

Iron sky
  • 0.00 / 6 6
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

Share this post Leave a comment

About The Author

Comments (1)

  • Ray Nald says:décembre 12, 2015 12:37

    Vu par hasard, je ne sais plus pourquoi, j’ai vraiment été agréablement surpris par ce bon gros nanar qui pourtant ne manque pas d’humour et d’idées. Merci de l’avoir décrit en profondeur… de l’espace ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *