La classe Américaine

slide

« Attention, cet artlic n’est pas un artlic sur un flim… Merci de votre compréhension ». En 1993, Michel Hazanavicius (dont on écrira le nom qu’une fois, après ce sera « mimich », faut pas déconner) profita que Warner cède les droits de ses catalogues en vu d’un spot pour ses 75 ans pour réaliser le rêve d’une génération : refaire l’histoire du ciné US en mode lip dub. Notre cerveau ne s’en n’est toujours pas remis.

Synopsis : Dans l’océan Soute Pacific, sur l’atoll de Pom Pom Galli, le commandant Georges Abitbol, élu l’homme le plus classe du monde, est victime d’un accident mortel. Ces derniers mots « monde de merde » intriguent deux journalistes, Peter et Steven, qui décident de découvrir auprès des connaissances de Georges pourquoi il prononça ces derniers mots.

Ca vous rappelle Citizen Kane ? C’est normal, c’est le modèle du flim, et d’ailleurs ça met Orson Welles en rogne, vu qu’il aime pas trop les voleurs et les fils de putes (mais il se console dans sa maison, c’est joli, c’est français). Peter et Steven, c’est Robert Redford et Dustin Hoffman dans « Les hommes du président » qui mènent l’enquête de leur vie, tel des Robert Namias en herbe et ce malgré que Peter fasse du boucan dans les watersse. Tout ça pour trouver la vérité sur Georges qui est pourtant un fasciste de merde !!

 Je m'permet d'interrompre cet artlic parce qu'on s'fout un peu d'ma gueule...


Je m’permet d’interrompre cet artlic parce qu’on s’fout un peu d’ma gueule…

Sur un plan technique, et tout a fait sérieusement, La Classe Américaine (ou Le Grand Détournement c’est selon) est un travail de titan. Des dizaines de flims de la Warner entre les années 50 et 80 démembrés, mélangés, et redoublés pour faire naître une nouvelle histoire complètement conne mais hilarante. Tel des dinosaures partouzeurs de droite, les vieux Wayne, Fonda, Lancaster, Stewart et consorts parlent de leur jeunesse qu’on nous montre alors en flashbacks dans des flims où ils étaient plus jeunes. Mimiche va même jusqu’à reprendre la voix des vrais doubleurs français de ces légendes d’Hollywood. Et ça, ça vaut toute les ouiches lorraines du monde.

Même le vrai Julien Lepers a prêté sa voix. "Attendez ! Votre encyclopédie Larousse !"

Même le vrai Julien Lepers a prêté sa voix. « Attendez ! Votre encyclopédie Larousse ! »

Mais alors comment ont-ils imaginé cette nouvelle histoire, ces tarés ? Simplement en collant au plus près des mouvements de lèvres des ricains pour en faire des mots français. Du coup on se retrouve à manger « DES CHIPS ! T’ENTENDS ? DES CHIPS », dans une « boooonne aubeeerge », et on jurerai que Bronson et Stewart viennent de prononcer effectivement ces mots. Forcément ça en devient encore plus con. Et puis il y aussi ce jeu avec les règles du montage pour créer des scènes d’une absurdité jubilatoire. La voiture de Paul Newman qui pète tout pendant qu’il conduit pépère, c’est définitivement culte. Bref, c’est le foutoire mais excellentissime car fait par des pros du cinoche, vous pouvez nous croire, jamais on pipeaute !

"Tu peux rester ! PAS D'PROBLEME ! CA M'FAIT PLAISIR !"

« Tu peux rester ! PAS D’PROBLEME ! CA M’FAIT PLAISIR ! »

L’enquête aboutira de manière surprenante malgré la méga chiasse de Peter vu qu’il est devenu journaliste pour niquer les gonzesses, il est motivé. Une enquête qui, comme tout bon délire, devient meilleure chaque fois qu’on le regarde de nouveau. Il y a en fait 2 films qui nous font ça. La classe Américaine et La cité de la peur. On a beau les connaître par cœur, ces deux flims Canal + réalisés à un an d’écart, plus on les regarde plus on les adore. Et du coup c’est tant mieux parce qu’on a le cul qui brille.

 "Tu sais Steven, j'ai trouvé cet artlic number one, top of the pops ! comme Sheraf !"

« Tu sais Steven, j’ai trouvé cet artlic number one, top of the pops ! comme Sheraf ! »

La classe Américaine
  • 0.00 / 6 6
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

Share this post Leave a comment

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *