Luke Cage

slide

Un an et demi. C’est le temps record qu’il aura fallu à Netflix pour damer le pion à Disney en matière de super héros. En seulement deux séries (Daredevil, Jessica Jones) la chaine privée affranchie de tout politiquement correct et donc bénéficiant d’une liberté créative totale, nous a appris qu’on pouvait concilier scénario intelligent, esthétisme léché, et personnages profonds, sans sacrifier tout cela sur l’autel des shared universe et autre fan service. Autant vous dire que « Luke Cage » en mode Blaxploitation modernisée nous a emballée !

Synopsis : Transformé en colosse surpuissant à la peau impénétrable après avoir été le cobaye d’une expérience sabotée, Luke Cage s’enfuit de la prison où il était incarcéré et tente de recommencer à zéro à Harlem d’aujourd’hui. Bientôt tiré de l’ombre, il va devoir se battre pour le cœur de sa ville dans un combat qui l’oblige à affronter un passé qu’il espérait avoir enterré.

Très loin de chercher la facilité, Netflix a choisi comme show runner l’ancien journaliste musical, désormais scénariste, Cheo Hodari Coker, plutôt très à l’aise avec le sujet. Il décide de faire de la série une actualisation brulante des films black power 70’s sur fond de « Black lives matter » 2016. Deux époques différentes mais aux problématiques qui résonnent encore étrangement aujourd’hui des mêmes questions. « Pour une fois qu’un noir est pare balle à Harlem » est parmi les répliques qui vous feront beaucoup réfléchir dans un show bien plus intelligent qu’on n’aurait supposé. On regarde surtout un révolté combattre un système corrompu, et comment les afros américains gèrent chacun à leur manière leur héritage politique et culturel. Comme pour Jessica Jones, qui parlait plus du post traumatisme, le super héroïsme est accessoire dans Luke Cage. Il est l’outil d’un discours ethnique profond.

luke cage netflix critique

Super héros, ou symbole identitaire d’un Harlem qui doit se reconstruire ?


Niveau valeur ajoutée, Netflix ressort les recettes qui ont marchés dans Daredevil et Jessica Jones. A commencer par une réalisation sophistiquée qui est un régal pour les yeux. Cadrages soignés, éclairages feutrés, tout est là pour vous mettre bien, dans une ambiance entre Cotton club et bas fonds de Harlem. Mais ce qui emporte la mise de loin, c’est cette B.O. phénoménal, parfaitement équilibré entre classiques soul/ Jazz (Isaac Haayes, John Lee Hooker) néo soul actuelle (Raphael Saadiq, Adrian Younge) et bon vieux Gansta rap du Wu tang clan (fuck yeah). Un mélange trans-générationnel du meilleur de la black music qui confère une intemporalité supplémentaire aux thématiques 70’s déjà actualisée. On regrettera un poil de prévisibilité dans l’intrigue, et quelque manque de subtilité ça et là sur les motivations des personnages, mais l’ambiance rattrape tellement le coup…

marvels-luke-cage-critiquenetflix

Welcome to the black music club

Luke Cage c’est Mike Colter, 1m91, 106 kilos, qui malgré cette stature imposante (et sexy, oui), a un personnage assez riche pour faire montre de ses talents d’acteurs. Il mange il dort, a des peines de cœur, bref c’est quelqu’un à qui on s’identifie. La ribambelle de second rôles impeccables, gentils comme méchants, est là pour faire prendre la sauce d’une série peuplée de personnages attachants. Richesse qu’on va retrouver chez les méchants Cottonmouth (le tellement classe Mahershala Ali ) et Diamondback (Eric LaRay Harvey, déjà parfait dans Boardwalk Empire). Parce qu’un méchant complexe est tellement mieux qu’un mec qui veut juste tout péter.

marvels-luke-cage-critique netflix

Bad boys what you gonna doooo

B.O. blaxploitation de ouf , caméos musicaux énormes (Delfonics, Method Man), ambiance et mise en scène sophistiquées ne sont que parmi les nombreuses qualité de « Luke Cage ». Une série à la conscience politique salvatrice en ces temps de montée des extrémismes américains. Incontestablement ce que Marvel a fait de plus audacieux et engagé à ce jour. Sinon vous avez Civil war qui sort bientôt en vidéo, là où ils essaient de faire tenir 75 personnages en 2h30.

Luke Cage
  • 0.00 / 6 6
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

Share this post Leave a comment

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *