Megashark Vs Crocosaurus

slide

Avec un titre pareil, sûr qu’on avait été excité comme des puces sur le canapé quand on l’a découvert. MegaShark ayant déjà fait ses preuves chez NU Images (Shark Attack), il revient après ses aventures contre la pieuvre géante  (Megashark Vs giant Octopuss) , avec la même griffe d’un film d’une rare acuité visuelle et narrative.

Synopsis: C’est un film avec un gros requin et un gros crocodile et des militaires et, bien sûr, Crocoman et Sharkman… Oui voilà c’est tout
Lorgnant du côté du film de keiju, MegaShark versus Crocosaurus mise son scénario sur la rencontre de deux créatures gigantesques : notre bien aimé requin géant et un saurien fraîchement éveillé qui, inévitablement, à un petit creux. Les scénaristes, fort de cette ingénieuse idée contenue dans le titre (si,si c’est ingénieux quand même !), tentent de pondre alors un semblant de scénario pour étoffer le tout. Tant mieux, puisque la ponte sera un des enjeux (Rires) du récit. Pour l’histoire, imaginez donc un héros nommé Crocoman (là, on ne rigole pas, c’est vrai), chasseur de bestioles empaillées, engagé par une jeune représentante d’une concession minière pour stopper les agissement d’un crocodile géant éveillé par trois coups de pioches dans une caverne africaine et qui s’est mis à dévorer/pondre comme jamais (L’hibernation ça fout en cloque apparemment)

Cet homme est un héros : c’est Nigel Crocoman ! Spécialisé aussi dans les sangliers empaillés

Cet homme est un héros : c’est Nigel Crocoman ! Spécialisé aussi dans les sangliers empaillés

Ce film garde la régle du film précedent, à savoir la capacité ahurissante des monstres à changer de taille à tout bout de champ. Résultat : un superbe kaléidoscope de faux raccords spectaculaires qui heureusement, se noient parmi d’autres incohérences de montage. Par exemple l’immense saurien de 30 mètres (enfin selon le moment du film, ça varie hein) sera mis à mal à l’aide d’une seringue normale (?) hypodermique et embarqué le plus discrètement du monde sous une simple bâche, et hop : caché le bestiau. Embarqué oui car les salauds veulent le vendre comme la huitième merveille du monde dans une quelconque ville occidentale (remarquez l’absence totale de clichés de ce superbe scénario qui ne pique rien à King kong). Pour la mise en scène ne cherchez pas non plus, on la cherche encore.

Faudrait peut être le planquer un peu mieux, le crocosaure ! T’as un plaid ?

Faudrait peut être le planquer un peu mieux, le crocosaure ! T’as un plaid ?

Heureusement y’a MegaShark (Tadatataaa !) qui passait par là et dont la nageoire dorsale haute de dix mètres n’est aperçu que quelques instant avant une foudroyante attaque (les marins et leur problèmes de vues tout ça…). Du coup PAF ! Le cuirassé qui sombre. Le saurien, pondeur et affamé, est lâché dans la nature. Crocoman et l’un de ses amis, seuls survivants du naufrage, n’auront de cesse de stopper les errements reptiliens de Crocosaurus en se joignant à une pilote d’hélico à grosse poitrine (point gros lolo, obligatoire chez Asylum) et à un militaire (le Sharkman, toujours vrai…) qui a créé une machine qui… qui… Une machine euh…, donc, une machine qui permet d’avoir un contact avec des requins (on croit). Mais le plus grand danger viendra de MegaShark, celui-ci étant devenu nucléaire après avoir avalé un sous marin (!?).

Mega Shark accroché à un missile. Plus tard, il attaquera un F16 sans compter qu’il avale les sous marins… Trop fort Mega Shark !

Mega Shark accroché à un missile. Plus tard, il attaquera un F16 sans compter qu’il avale les sous marins… Trop fort Mega Shark !

Apocalyptique pour les mirettes, les combats tout d’images de synthèse vêtu, ont la nervosité d’une empoignade dans un épisode de Derrick avec, bien heureusement, quelques explosions de missiles Sol Sol de ci de là. Le plus prodigieux vient des dialogues d’une fantaisie inégalée, certainement écrits sous stupéfiants et qui vous laissera songeur à de nombreux instants, allant jusqu’à passer dix minutes à vanter les mérites d’une paire de jumelles…

"Dis moi petit, t'ai-je déjà vanter les mérites de mes jumelles ? Laisses moi t'en parler pendant 10 minutes"

« Dis moi petit, t’ai-je déjà vanter les mérites de mes jumelles ? Laisses moi t’en parler pendant 10 minutes »

Si vous pensiez être seuls dans l’univers, la vision de ce monuments du nanar contemporain vous persuadera qu’il est des hommes qui ne viennent certainement pas de notre galaxie tant cette œuvre défie toutes logiques humainement acceptables. Des hommes qui n’ont pas peur d’appeller les experts en monstres « crocoman » et sharkman » ! Et c’est tant mieux ! 

Megashark Vs Crocosaurus
  • 0.00 / 6 6
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

Share this post Leave a comment

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *