Beach sharks

slide

Dans la longue liste des nanars à requin on n’est jamais à court de surprises, et c’est pour ça qu’on aime autant les regarder. Tous plus port’nawak les uns que les autres, on est toujours curieux de découvrir quelle nouvelle idée les malades qui font ces films vont dénicher. Ainsi donc, après le requin fantôme, le requin-pieuvre, le requin tornade, et le requin à 2 têtes, voici venir, le requin DES SABLES !!

Synopsis : Un tremblement de terre sous-marin relâche de dangereux prédateurs préhistoriques piégés depuis des millions d’années sous le sable. Près de l’île de White Sands, le fils du maire compte lancer un nouveau festival sur la plage… Ce qui tombe moyen bien, car les dits prédateurs ont planté leur restaurant au même endroit.

« Euuuh, attends, comment ça des requins des sables ? Tu veux dire qu’ils nagent DANS le sable ? » C’est ça que tu te demandes pas vrai ? Oui, oui, c’est bien ça, des requins taupes de plage si tu préfères. Mais ce film est bien plus que le résultat d’un script écrit sous l’empire de l’ecstasy. Oui, « Sand sharks », ou « Beach sharks » chez nous, c’est surtout un vibrant hommage aux Dents de la mer, dont il reprend à peu près tout ce qu’il peut. De la fête estivale au maire inconscient, sans oublier son vieux loup de mer barbu, ou encore son policier, le chef d’œuvre de Spielberg se voit infliger les derniers outrages à la sauce nanar fauché.

On a attrapé le requin, mais en fait c'est pas le bon... Si,si !

On a attrapé le requin, mais en fait c’est pas le bon… Si,si !

Alors la sauce nanar fauché c’est quoi ? Bon on est sympa on te réexplique. Déjà il te faut un point « gros lolo ». Oui, ça à l’air mysogine, et ça l’est d’ailleurs, mais faire un nanar à requin sans nénés dedans, c’est comme faire un film d’horreur sans séparer le groupe en deux. Impensable ! Bon après la difficulté réside à ce que les bonnasses soient aussi de bonnes actrices. Ce qui n’est jamais le cas, faute de budget. Cela dit ce n’est pas un problème, puisque la seconde règle d’or du nanar à requin c’est justement des acteurs minables ! Inutile de te dire que les deux conditions sont bien sûr ici réunies.

Le plus gros festival de musique de plage mondial, avec ses 20 figurants. Mais ils les ont bien repartis en largeur ! Léve les bras bordel ! C'est la fête !

Le plus gros festival de musique de plage mondial, avec ses 20 figurants. Mais ils les ont bien repartis en largeur ! Lève les bras bordel ! C’est la fête !

Budget colossal de 3 roubles oblige, un des éléments clé, si ce n’est le plus important, de la sauce nanar ce sont des effets spéciaux numériques over cheaps. Du genre vous voyez le requin 3D dans retour vers le futur 2 pour Jaws 17 ? Voilà, vous y êtes. Les mecs ne s’emmerdent même plus à essayer de rendre ça crédible, et limite on les soupçonne de le faire exprès. Ben oui après tout ça va parfaitement avec l’autre pierre angulaire de la sauce : le scénario débile et crédible à 0%. Que l’aileron géant d’un méga requin passe dans 1 mètre d’eau ça ne les dérange pas, alors pensez donc des requins mal faits qui nagent sous le sable… pffff fastoche !!

Achab il est dans la merde, il l'a pas vu venir celle là... Allez avoue tes yeux saignent un peu !

Achab il est dans la merde, il l’a pas vu venir celle là… Allez avoue tes yeux saignent un peu !

Dernier ingrédient, mais non des moindres il te faut dans ta sauce nanar, pour lui donner du pep’s et du croquang’, et du gourmang’, une ancienne star, si possible télé, que tu te demandais bien ce qu’elle devenait jusque-là. La réponse est alors sous tes yeux : Elle cachetonne pour pouvoir bouffer. Ici c’est Corin Nemec qui s’y colle. L’ex Parker Lewis a finalement perdu, serait-on tenté de se dire. Heureusement Corin qui coproduit Sand sharks est un petit malin qui aime rire, et place le film sous le signe du nanar assumé. La meilleure catégorie qui soit ! Les mecs savent qu’ils font un bousin fauché et que les gens vont regarder pour se moquer. Du coup tout le monde en fait des caisses, et Corin Nemec s’éclate à interpréter à outrance le parfait connard irresponsable dans un scénario volontairement crétin.

Parker Lewis les bons tuyaux... Mythique, anthologique... Sublime !

Parker Lewis les bons tuyaux… Mythique, anthologique… Sublime !

Sand sharks, est évidemment un film tout bidon, qui de sa police d’écriture pour le titre (hideuse) à ses acteurs, en passant par son pitch, jusqu’à son dénouement respire la médiocrité. Mais une médiocrité si assumé qu’on se tape des barres de rires et qu’il entre dans la catégorie magique des films « c’est pourri mais faut qu’tu l’vois ! » . Vive les requins taupes !!

 

Beach sharks
  • 0.00 / 6 6
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

Share this post Leave a comment

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *