Wolfcop

slide

Dans la galaxie des ovnis cinématographique on trouve de tout. Des gros nanars assumés volontairement drôles, des navets drôles malgré eux, et des bons films de série B faits par des amoureux du cinéma bis. « Wolfcop » appartient à la 3ème catégorie. Financé grâce à Cinécoup (kickstarter pour les films, en gros), Lowell Dean donne vit à ce concept qui a emballé les fans grâce à sa fausse bande annonce (qu’on avait vue). Du coup, on l’attendait impatiemment ce film !

Synopsis : Lou Garou, un flic alcoolo d’un patelin paumé, est habitué aux réveils vaseux et des nuits agitées. Mais lorsqu’il se fait assommer en pleine forêt une nuit de pleine lune et se réveille particulièrement poilu, avec d’étranges souvenirs de sa nuit, il commence à se poser des questions.

Rien qu’avec le pitch et le titre du film, c’est du pur génie. Un flic loup garou ? Qui s’appelle Lou Garou ?! Oh putain, mais oui, on veut !! Encore mieux, le film, contrairement aux Mégasharks, n’est pas juste un film « partons d’un titre ultra cool et brodons autour ». Non, il a une vraie histoire, assez bien foutue, qui ressemble à s’y méprendre aux meilleurs épisodes de « Supernatural ». C’est pas le tout d’avoir un concept mais il faut un début, un milieu, une fin, des enjeux, et pas mal de rythme et d’action. Ô joie, « Wolfcop » a tout ça. On se prend à se demander ce qui lui est arrivé, ce qu’il va faire de sa transformation, qui sont ces drôles de gens qui trainent dans les bois… Enfin bref, on regarde un vrai film, pas un gros navet.

Grand méchoui dans les bois ! On sait s'amuser chez les ploucs !

Grand méchoui dans les bois ! On sait s’amuser chez les ploucs !

Si on cite « Supernatural » (et pour nous c’est un sacré compliment), on pense aussi au « Loup garou de Londres » de John Landis en inspiration principale. On est loin du chef d’œuvre, mais on y retrouve le même goût pour mêler l’horreur à l’humour. Sauf que Lowelle Dean y ajoute une bonne grosse dose de n’importe quoi, sans laquelle il n’est pas de possible d’avoir une bonne série B d’horreur humoristique. Du coup si les transformations sons vraiment bien faites, et 100% live (aucune image de synthèse), ce ne sera pas des poils qui lui poussent sur la peau mais sa peau qui se craque pour laisser sortir le loup garou en dessous. Et le coup du zob qui se déchire, on vous avoue qu’on s’en n’est pas encore remis. Un humour régressif débile oui, mais contrebalancer par le pur gore des tueries qui maintient, là encore, le film au-dessus du nanar.

A l'ancienne. Tout comme il faut

A l’ancienne. Tout comme il faut

Niveau acteurs, on ne va pas vous mentir, un million de dollars c’est bien pour les effets spéciaux mais pas énorme pour le reste, donc personne de connu. Ce qui n’empêche que ça joue mille fois mieux que dans n’importe quel Asylum (où là on se marre tant ils sont mauvais). A tel point qu’à la fin on s’est bien attachés à Lou et sa partenaire. Et du coup on serait bien tentés de voir la suite de ses aventures au loup garou flic bourré (oui ça fait beaucoup c’est ça qui est magique !)

Bon lui, il sera pas dans le 2...

Bon lui, il sera pas dans le 2…

Alors qu’on a pris l’habitude de mater nos ovnis avec beaucoup de second degrés et pas mal de bière, pour bien se moquer, là on a été feintés. Wolfcop, c’est une vraie série B, bien scénarisée, bien filmée, qui s’inspire de ce qu’on préfère en matière de loups garous (Supernatural et Landis) , blindé de n’importe quoi, mais avec des effets gore très réussis. Et ce qui fait encore plus plaisir c’est que le tournage du deux ne saurait tarder ! AHOUUUUUU !

Wolfcop
  • 4.00 / 6 6
1 vote, 4.00 avg. rating (74% score)

Share this post Leave a comment

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *